mardi 19 juillet 2016

cumul des mandats


la Sécurité Sociale

Partant du constat du déficit chronique de notre assurance maladie, j'avais surtout réfléchi au financement de cette "charge" (et je propose de la financer principalement par la Taxe A la Consommation).

Mais je ne m'étais pas penché sur l'efficacité de ces dépenses, et sur ce sujet, Michael Pettini tape dans le mille :

La sécurité sociale est [...]  une énorme machine désorganisée de 130.000 employés. [...] La sécu est une machine à tuer l'emploi à coup de charge. [...]

Il va falloir réformer , je vous cite mes propositions :
  • une seule caisse réunissant tous les Français
  • mutuelles toutes référencées et conventionnées (sinon interdites)
  • règlement des professionnels à une seule adresse (un comptoir unique)
  • diminution du nombre de salarié de la CNAM de 130.000 à 13.000 par tranche de 10% par an, grâce à une informatique adéquat (en engageant les meilleurs spécialistes du monde s'il le faut, le jeu en vaut la chandelle)
  • suppression des médicaments inutiles des listes de remboursement
  • suppression des médicaments de conforts [...]
  • meilleur usage du générique, cahier des charges plus strict.
  • délivrance des médicaments à l'unité en officine. [...]
  • négociation musclée des médicaments à l'introduction (trop souvent la sécu et le ministère accepte un prix puis lutte contre sa prescription !
  • suppression du remboursement des cures thermales [...]
  • cours de médecine à l'école : un patient instruit est un patient qui consomme moins de médecine .
  • notion d'injonction administrative sur requête d'un médecin : exemple simple et concret : vous avez fait 2 infarct , vous avez 3 mois pour stopper le tabac ou encore vous pesez 150 kg pour 1M45 , on vous paye un régime ou vous n'êtes plus assurés ! C’est une mesure pour faire comprendre aux plus réfractaires que la santé d’un individu pèse sur tous !
  • Simplification majeure du système sécu [...]
  • Informatisation de tous les médecins aux frais et surtout avec le logiciel d'état.
  • [...]

une des priorités : l'école

Après mon prélude, je prolonge par des propositions :

Permettre les pédagogies alternatives (Steiner, Montessori, Freinet...) : l’école classique pouvait former de bons soldats disciplinés, mais un seul modèle ne peut pas convenir à tous.
Encourager les pédagogies favorisant la libre expression, le sens critique, la coopération plutôt que la compétition, la capacité d’initiative et d’autonomie des enfants, son enthousiasme à apprendre.
Ceci doit se faire tout en veillant à ne pas se défausser de notre responsabilité d’adultes de transmettre aux enfants leur histoire et leur culture, nos connaissances scientifiques et notre civilisation, et donc en rupture avec l'idéologie refusant la transmission de la culture, idéologie dénoncée par François-Xavier Bellamy dans son ouvrage Les déshérités.
Favoriser la paix intérieure des enfants, en leur faisant pratiquer des activités artistiques, la promenade dans la nature, découvrir la méditation de pleine conscience et la communication bienveillante.

Les familles qui choisiront de ne pas confier l'éducation de leur enfant à l'Education Nationale pourraient être remboursés des frais liés à l'éducation de leurs enfants, jusqu'à un plafond de 5000€/enfant du primaire, 8000€/collégien, 10000€/lycéen. Ces chiffres correspondent aux coûts actuellement constatés en France

Dans le recrutement des enseignants, retenir des personnes ayant une formation bac+2 avec une bonne évaluation de la pédagogie, plutôt que des bac+5 avec des connaissances théoriques dans leur matière.


Favoriser la mobilité professionnelle : on doit pouvoir être enseignant quelques années dans sa vie et exercer d’autres activités avant ou après.

faire des écoles un lieu de vie toute l'année

Proposition du projet imagine :


Pendant les vacances scolaires, nous proposons de généraliser l’utilisation des écoles en espaces de centre de vacances, d’ateliers culturels, de représentation ou de réunion, ainsi que de locaux pour des entreprises temporaires. En particulier, un effort pourra être demandé aux enseignants pour accorder deux semaines de vacances scolaires à une présence dans l’établissement pour organiser des activités.
Une autre possibilité serait l’ouverture des locaux à des classes étrangères avec un système d’échange international et en invitant les habitants locaux à accueillir ces enfants et ces familles tout en bénéficiant de l’assurance de l’état en cas de problème.

mercredi 29 juin 2016

Responsabilité, Equité, Fraternité


Responsabilité

Dans la liberté, nous ne voyons trop souvent que le droit de chacun à décider pour ce qui le concerne. Cette définition est importante, car elle entraîne un certain nombre de droits fondamentaux : la liberté de pensée, d’expression, de conscience, de circulation, d'association, etc... Mais cela risque de ne mener qu'à des revendications à des droits. Je mettrais donc plutôt sur le devant de la scène la responsabilité, que l'on associera plus facilement à la notion de devoirs.
Il est bien entendu qu'on l'on ne peut être responsable qu'en étant libre, et que les devoirs sont symétriques aux droits. 
"Liberté implique responsabilité. C'est pourquoi la plupart des hommes la redoute." Bernard Shaw
"Tout ce qui augmente la liberté augmente la responsabilité." Victor Hugo
"Quiconque revendique la totale liberté entière et pleine, revendique la totale responsabilité entière et pleine." Jean-Marie Adiaffi

 Équité

Dans l'égalité, nous ne voyons trop souvent que l'égalité de traitement, ce qui nous pousse à regarder ce à quoi les autres ont droit, et à réclamer la même chose. Sans remettre en cause notre égalité en droit, je mettrais donc plutôt en avance l'équité, entraînant les notions d'impartialité et de justice.

Fraternité

Je conserve le troisième terme de la devise, ce qu'il implique de solidarité et d'entraide, et son ouverture vers l'universel.

dimanche 26 juin 2016

référendum d'initiative populaire

C'est un principe que j'avais déjà envisagé.
Certains le nomment Initiative Citoyenne.
Le projet 2017 de Vincent Arnoul le présente ainsi:

modes de scrutin

Le projet 2017 de Vincent Arnoul propose une sixième république.

Le diagnostic est bon :

1) le faible poids des suffrages exprimés :

2) le piège de la rhétorique du vote utile fausse le débat.
Voter utile, c'est se contraindre à voter pour un candidat que les médias considèrent comme gagnant possible : c'est donc un vote au détriment des "petits" candidats. Cela accentue la bipolarisation de la vie politique, et la concentration des charges électives (le cumul des mandats et le non-renouvellement de la classe politique).

Pour répondre à ce diagnostic, je propose le système du vote de valeur.